On se jette à l’eau ?

On se jette à l’eau ?

Cette publication est la partie [part not set] de 13 dans la série Scie plongeante Festool TS 55, un aperçu

La première « originalité » de cette scie est qu’elle est plongeante.

Plongeante ça veut dire qu’avec un bon bonnet de bain, vous pouvez aller à la piscine avec.

Euh… Non… C’est pas ça.

Reprenons.

Plongeante veut dire que, à l’inverse des scies circulaires classiques dont la lame dépasse toujours de la semelle, la lame de la TS55 ne montre ses dents qu’au moment des coupes, la lame descend vers la pièce à découper. Le reste du temps, la scie repose, droite, sur son épaisse et rigide semelle et pas bancale comme des scies circulaires « classiques »,

Animation statique montrant la plongée de la scie vers les abîmes du bois…

D’où l’expression scie plongeante et non scie descendante (terme qui serait encore plus incompréhensible)

Concrètement, comment ça marche ?

  1. Tracez votre trait de coupe :

    Le trait de coupe, sur un panneau de pin brésilien.
    La croix sur le trait est le signe d’établissement qui identifie le trait comme étant un trait de coupe.
  2. Posez la règle sur le trait de coupe et posez la scie sur la règle (arrangez-vous pour que le bord du pare-éclat coïncide avec votre tracé, sinon vous aurez tout faux):

    Le bord du pare-éclat (ici, translucide) doit être posé sur le trait de coupe

  3. Réglez la profondeur de coupe :

    Un simple curseur à déplacer le long de cette graduation permet de choisir la profondeur de coupe.Ici le réglage est sur 26 mm de profondeur (la prise de vue en plongée est trompeuse :-) )
    Un simple curseur à déplacer le long de cette graduation permet de choisir la profondeur de coupe.<br>Ici le réglage est sur 26 mm de profondeur (la prise de vue en plongée est trompeuse 🙂 )
  4. Mettez en route, faites plonger la scie et coupez :

    La scie en action. A gauche le couteau diviseur rétractable (il sort et se rétracte tout seul, pas la peine d’y mettre les doigts…).
    Au milieu la lame en action, a droite en vert le pare-éclat (qui n’a pas été baissé… Ah bravo !… ).
    Sous le panneau en pin, le plateau de la table MFT/3 qui sert de martyr.

  5. Grâce à la règle et au pare-éclat , la coupe correspond précisément à votre tracé, sans calculs, sans reports :

    La coupe a volontairement été interrompue en cours de route et la règle ôtée. Comme vous pouvez le constater, la coupe suit très précisément le trait de coupe (ce qui est le but recherché… 🙂 )

Une fois la coupe effectuée, la scie remonte toute seule et s’encliquette en position fermée, la lame étant logée, à l’abri, dans son carter.

Avec une scie circulaire « classique » vous devez attaquer la découpe à l’extérieur de la pièce (en priant que ce p*#&@}! de capot protecteur veuillent bien se dégager sans rechigner lorsque vous entamez la pièce).

Avec une scie plongeante vous pouvez attaquer la découpe n’importe où dans la pièce.

(Si ces explications ne sont pas claires, sachez qu’Internet regorge d’infos et de vidéos à ce sujet… Alors, pourquoi donc est-ce que je me décarcasse à mal réinventer la roue ?! 🙂 )

Les avantages de ce fonctionnement ?

D’abord le réglage de la profondeur de coupe est ultra-rapide : un seul élément à déplacer (un curseur) et c’est tout. Rien à desserrer, à dévisser, à revisser, à resserrer ou que sais-je encore. Le réglage s’effectue très simplement, scie posée sur votre plan de travail, ou sur sa règle, ou posée ailleurs si ça vous chante.

Ce réglage de la profondeur de coupe est précis : l’échelle est graduée en millimètres (et pas en demi-centimètres comme sur les scies dealées en GSB), vous réglez donc votre profondeur de coupe au millimètre près.

Grâce au rail et à son pare-éclat, votre coupe correspond exactement à votre tracé.

La scie étant « plongeante » vous pouvez attaquer une découpe « en plein bois » (cas des évidements de plans de travail par exemple, mais aussi – plus fréquent – pour faire des rainures non débouchantes) ce qui n’est pas possible avec des scies circulaires classiques.

Enfin, ce fonctionnement est très sécurisant : la lame ne dépasse jamais du corps de la scie, sauf lorsque vous la faites plonger, bien sûr. En fin de coupe, elle remonte dans son capot, grâce aux ressorts de rappel. Autant dire qu’avec cette scie plongeante, si vous voulez vous couper les doigts, il faudra vraiment y mettre du vôtre !

(Personnellement, je suis d’avis qu’il faut toujours mettre un peu de soi-même dans son ouvrage… Mais chacun fait ce qu’il veut ! )

Il y a cependant un petit bémol : comme la scie plonge, et que la lame doit dépasser sous la pièce à débiter, elle entame forcément la surface sur laquelle est posée la pièce à débiter… Autrement dit : soit vous vous arrangez pour que le trait de scie se situe « dans le vide », soit vous placez un martyr sous la pièce à débiter.

Views: 19893 lectures.

Navigation dans la série
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x